XTERRA Belgium

La Belgique et le sport, c’est une grande histoire d’amour ! De fervents supporters, des participants remplis d’enthousiasme, des organisations exceptionnelles… et un temps radieux. Et puis en Belgique, quand y a pas le temps radieux, ben on rigole quand même : ça fait partie du folklore local de se rouler dans la boue ! La pluie a bien préparé le terrain de jeu pour cette manche de coupe du monde XTERRA, mais c’est sous un soleil magnifique que nous attaquons samedi aprèm notre triathlon, version super aventure.

XTERRA BELGIUM

Première étape du trio sportif : une traversée de la Meuse à la nage ! En bonne Liégeoise que je suis, ce défi m’emballe directement ! Dans mon esprit, jusqu’ici, seuls des gens bien imbibés de péket ou de bières spéciales étaient capables d’une telle folie. Mais en voyant tous les pingouins de néoprène se mettre à l’eau l’idée de me glisser dans la rivière m’enivre. C’est parti ! Un petit tour de 1500m et le tour de l’île est bouclé.

On enchaîne ensuite avec deux tours de VTT comportant 13 grimpettes allant jusqu’a 20%. Et là, j’rigole. Que celui qui a nommé la Belgique le plat pays soit condamné à grimper la citadelle en trottinette, tiens. (bien fait pour lui !). Ca pique les jambes, mais j’adore ça. Ca sent bon la forêt, quel régal. Dans une descente franchement technique, un concurrent devant moi chute lourdement. J’ai alors deux options : garder ma trajectoire et me fracasser le crâne sur une pierre ou bifurquer vers un talus qui semble plus souple. Plan B, je dévie et me réceptionne dans un tas de vilaines ronces qui me laissent un souvenir saignant sur tout le côté gauche. Je me remets en selle et c’est reparti, j’ai perdu mon bidon et mes gels dans la glissade mais mon nouveau casque est intact, j’m’en suis bien sortie. La fin du deuxième tour est du coup plus délicate. Je commence à avoir faim et soif, j’appréhende les deux dernières côtes.

 

xterra-namur.jpg

Je pose le vélo avec un peu de retard par rapport à mes pronostics, mais mes chouettes supporters m’attendent au sommet de la citadelle et ça me motive à bloc.

On enfile les chaussures de course et c’est parti. Je vais enfin pouvoir remonter du monde… ou pas. Dès les premiers je ne trouve aucune énergie. Comme si on avait éteint le moteur. Je peine pour mettre un pied devant l’autre et je m’arrête à chaque ravito. L’objectif est alors de passer la ligne d’arrivée.

C’est bon, c’est bouclé ! 15e de cette manche de coupe du monde.

xterra-namur-22.jpg

J’espérais prendre du plaisir sur la course, j’ai final beaucoup souffert. Mais 5′ après le passage de la ligne je partageais un boulet frite, du chocolat et une bière avec ma famille, c’est aussi ça le Xterra !

Advertisements