XTERRA Italy

Ce week-end, c’était prévu dans le plan d’entrainement : REPOS! Après une enfilade de grosses compets depuis le championnat d’Europe et un estomac peu coopératif ces dernières semaines, mon entraîneur et moi avions décidés de faire l’impasse sur la 5ème étape de coupe du monde XTERRA également manche européenne de la discipline. J’avais pourtant suffisamment de points que pour envisager une victoire finale à la coupe d’Europe mais l’objectif fixé étant le championnat du monde ITU, pas question d’enchaîner trop de compétitions sans un minimum de blocs d’entraînements. Dimanche passé, je croise l’ami Yann Barthos qui m’annonce qu’il a son billet pour l’Italie et qu’il lui reste deux places sans la camionnette. Je commence à hésiter. Mercredi je me rends sur le site internet de l’évènement, juste comme ca, pour voir.  N’ayant absolument aucune volonté, je craque. Reste juste à prévenir l’entraineur. Mais bon, comment résister à cet accent chantant, ces pâtes délicieuses, cette mozzarella di buffala fondante, ces italiens sympathiques… On embarque le Carlos avec nous, histoire de compléter notre équipe de mousquetaires formée en Sardaigne et andiamo!

 

XTERRA ITALY

 

Personnellement je craque complètement pour l’Italie! Ce pays a quelque chose de magique. Là, je ne vous parles pas d’Albano et Romina Power (sérieux, cherchez sur youtube ça vaut la peine)! Non c’est plus que de la musique, les Italiens ont un accueil incomparable. Malgré les 14 heures de voiture et les 10h de bateau sur deux jours, il est clair que je garde un merveilleux souvenir de notre escapade à Scanno! Le village est magnifique. Lors de la course nous avions l’occasion de le traverser en long et en large arpentant les ruelles pavées et empruntant des porches aux grandes portes de bois. Au détour d’une petite montée, une grand-mère regardait passer les coureurs d’un œil étonné, son cabas de courses à la main, son voile noir convenablement coiffé.  Les enfants tendaient les mains vers les coureurs, attendant une tape amicale de la part des plus courageux. Deux hommes gaillards avaient improvisé un ravitaillement clandestin aux alentours de la fontaine du village. L’Italie que j’aime. La surprise n’aurait pas été totale si le profil de la course n’avait pas fait honneur au relief local. Mais comme surprise, les organisateurs ont mis les petits plats de spaghetti dans les grands! Un D+de 1800m nous emmène vers le sommet d’une piste de ski! Ce genre de côte est plutôt à mon avantage et petit à petit j’avale mes concurrents, encouragée par des « Coraggio, Bella Ragazza » et « Vai Vai Vai principessa ». Ça aussi c’est l’Italie qu’on aime. Plus ça grimpe, plus je redoute le versant nord de la montagne, que nous devons attaquer sur les freins. Et pourtant, c’est certainement le gros point positif de cette course : pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression de faire du VTT! Au fur et à mesure des virages je prends confiance et les cailloux glissent sous ma roue arrière sans parvenir à la décoller du sol. Sans avoir vraiment eu l’impression de forcer, je suis prête à sortir une grosse course à pied. Pour une fois je me suis bien hydratée et nourrie! Je décide de prendre un gel boost avant de descendre du vélo et la, c’est la grande déception de la journée. Dès les premiers pas de course j’ai une pointe énorme à l’estomac qui m’empêche de courir. Heureusement les 2 premiers km sont en côte, ce qui ne me pénalise pas trop vu que je marche, histoire de récupérer. J’ai de super jambes et c’est ça le plus frustrant! Au fil des km je commence à prendre un vrai rythme de course. Le passage dans le village me donne du courage et je termine les deux dernières bornes sans douleur. Le bonheur. Un plongeon dans le lac bien frais et déjà il est temps pour nous de partir sans connaitre nos résultats. Carlos est très satisfait de son chrono, Yann, de son côté a terminé à 25′ de sa perf de l’an dernier, victime de douleurs d’estomac également. J’ai la sensation d’avoir fait une belle natation ainsi qu’un superbe vélo et en course à pied personne ne m’a dépassé. Les classements tomberont le lendemain matin : 40e et 96e places pour Carlos et Yann. Je me classe 8e féminine et prends ainsi la tête de la coupe d’Europe dans mon groupe d’age. Un weekend per-fe-tto!

 

 

 

Advertisements