Calvi X-Tri

Caillasse à droite, Racines en bas, Terrain en dévers, Vue imprenable!

Rocher droit devant, Pente infernale, Splendide point de vue, Montée interminable!

Pierres glissantes à gauche, Virages serrés en lacets, Escalade à main nue, Sable blanc!

Galets instables, Épingles traîtresses, Points culminants, Décors à tomber par terre…

ou presque!

Pour le meilleur et pour le pire  

L’année passée, on peut dire que j’avais fait mes dents à Calvi. Au sens figuré car, par le plus grand des hasards, il m’en restait 32 au passage de la ligne d’arrivée! Faut bien avouer que mes 3-4 chutes avait mis les chances du côté de mon dentiste qui s’engageait pour 2 implants d’incisives avec sursis. Mais c’est finalement mon optitien qui avait raflé la mise avec une paire de lunettes cassée, la faute à « j’ai oublié de mettre les mains, la tête a tout pris ». Bref, après ma victoire sur la courte distance, j’étais bien décidée cette année à tenter le grand saut (figuré, figuré!) et m’élancer pour la compétition reine. C’est donc avec une légère appréhension que je m’engageais avec 50 cow-boys & girls sur les 1500m de natation, 30 de VTT et 10 de course à pied.  Le coup de sifflet donné et nous étions dans la splendide baie de Calvi pour en découdre avec une mer moyennement féroce. A la sortie de l’eau, on m’annonce qu’une sirène non identifiée m’a déjà mis 3 minutes dans les dents. Bim! Mon dentiste revient dans la course. J’enfourche mon vélo en sachant qu’une gazelle est à mes trousses, et que j’ai pas trop intérêt à m’arrêter pour regarder l’paysage. Au retour de notre p’tite balade, Lise la sirène et Aurore la gazelle m’ouvrent la marche. Il me reste à courir à leur poursuite pour espérer effacer mon retard de 10 secondes (Aurore) et 2 minutes 40 (Lise). C’est à ce moment-ci de la compétition que je me dis que faire le triathlon dans ce sens (en terminant par la course) c’est quand même vraiment chouette. 20 ans d’athlétisme, ça ne peut pas s’oublier.

En bref, cette épreuve est vraiment magnifique. Mais faut avouer que le niveau technique exigé est élevé pour un triathlon. Allez, l’année prochaine on remet ça,… avec certainement encore plus de sirènes et de gazelles aux avant postes!

Mais maintenant, Lise, Aurore et moi on l’connait l’parcours! Alors autant vous dire qu’on aura les dents longues… n’en déplaise à mon dentiste!

13182995_10153461103957274_1189843627_n

 

Advertisements